fbpx
statues, sculpture, oslo

La pandémie Covid-19 et l’angoisse

Amandine Delire

Amandine Delire

Quand les psychologues parlent de stress post-traumatique, ils ne parlent pas que d’états qui arrivent aux victimes après des évènements très traumatisants et forts. Il se peut que ce soit dû à l’exposition à un stress récurrent et d’intensité modérée. C’est ce qui peut se passer pour certaines personnes durant la pandémie du Covid-19.

La pandémie amène ce qu’on appelle une « épreuve collective », une étape qui détermine que le monde ne sera plus jamais comme avant.

On a déjà eu affaire à un évènement de ce genre, après les années 2000, avec les attentats du 11 septembre. Le sentiment d’insécurité a grandi, le sentiment de liberté individuelle a diminué.

Quand les psychologues parlent de stress post-traumatique, ils ne parlent pas que d’états qui arrivent aux victimes après des évènements très traumatisants et forts. Il se peut que ce soit dû à l’exposition à un stress récurrent et d’intensité modérée. C’est ce qui peut se passer pour certaines personnes durant la pandémie du Covid-19.

L’étrange quotidien

Le confinement, méthode de protection choisie, vient rendre le quotidien étrange, et nous ramène à une inquiétude personnelle et collective :

« Ce virus (comme métaphore de la haine), sournois dans la durée de son incubation, vient attaquer les liens, nous force au retrait, à l’isolement, pousse vers la dépression, autre manière de s’auto-attaquer / autre manifestation d’autodestruction ; il nous malmène, induisant doutes et paranoïa ; il est nulle part, invisible, et au même moment potentiellement partout, nous surplombant sans cesse, impalpable et omniprésent, dans nos conversations, dans les médias, dans nos pensées. Il cherche aveuglement nos fragilités, les cible et frappe sans aucune pitié. »[1]

Nous nous retrouvons projetés dans un monde qui bouscule nos habitudes, et nous parlons sans cesse d’un danger invisible extérieur : le contact avec d’autres êtres humains, si important pour le développement affectif, est la première source de ce danger.  C’est-à-dire que l’angoisse devient la norme, alors que nous nous sommes habitués à un quotidien confortable.

Trois grands changements

Donc , nous nous retrouvons face à trois choses :

  • La diminution de nos libertés individuelles
  • L’exposition à une menace invisible, peu contrôlable et constante
  • Le bousculement de la plupart de nos habitudes

Comment apprendre à vivre avec ce schéma du monde ?

« Dans ce contexte, la psyché a un besoin primordial de sens. Les sociétés et les significations imaginaires qui les composent, s’en chargent : les religions, les mythes, les totems, les lois, les états, etc… fondent, à l’aide du langage, notre vision de la réalité. »[1]

On « clôture » , on classe différentes choses : les territoires, les règles à respecter, les personnes à risque, pas à risque, etc. Les personnes ressentent un besoin d’identification à un groupe qui se révèle ESSENTIEL face à une menace extérieure, lorsque nous nous retrouvons plongés dans une angoisse perpétuelle.

Il est nécessaire d’IDENTIFIER les processus qui viennent de nos angoisses profondes. Savoir les reconnaître et les apaiser autrement que par le développement de la haine de l’autre, de l’inconnu ou de pensées trop extrêmes.

« (…) la pleine démocratie, et l’acceptation de l’autre ne forment pas la pente naturelle de l’humanité. (…) Mais pour ceux qui sont engagés dans le seul projet politique défendable, le projet de la Liberté universelle, la seule voie ouverte est la continuation de la lutte à contre pente ». [2]

Il existe différentes techniques de gestion de l’angoisse.

N’hésitez pas à me contacter si vous sentez que vous en avez besoin !


[1] L’inquiétant du monde/un monde inquiétant, Alexandre Granotier, Le Carnet Psy 2020/6, N°236, pages 51 à 53.

[2] Les racines psychiques et sociales de la haine, Cornélius Castoriadis, 1978.


Partagez:

Facebook
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres Articles/Vidéos

brain, mind, mindfulness

Traiter les traumatismes par la PNL

Connaissez-vous la définition d’un traumatisme ? C’est un état provoqué par un évènement dit « traumatique », c’est-à-dire lorsqu’une personne se retrouve confrontée à : la mort la peur de mourir l’impuissance complète ou lorsque son intégrité physique et/ou psychique est menacée « Cette définition est très vaste, ces évènements peuvent apparaître sous différentes formes, notamment : Un accident Une agression physique

coronavirus, virus, mask

Les peurs et la pandémie

La peur est un émotion de base : elle est très importante car elle a le rôle de vous prévenir d’un danger. Elle peut être individuelle ou collective, et elle suscite une réaction directe lorsqu’une personne  ou un groupe la ressent. Que se passe-t-il lors d’un épisode de pandémie mondiale, qui active nécessairement une peur collective

Réflexions sur la souffrance au travail aujourd’hui

Est-il encore possible d’être heureux.se au travail, de nos jours ? Aujourd’hui, je vous propose une réflexion sur les facteurs du monde du travail qui aideraient/ n’aideraient pas à l’épanouissement personnel et professionnel. La dépossession: qu’est-ce que c’est? Dans l’organisation originelle du travail, dans la majorité des cas, chaque personne réglait ses conflits en face à

Retour haut de page
Presque fini ! 77%

Rejoins des centaines d'inscrits !

Inscris-toi à ma newsletter pour être informé.e de tous mes ateliers, conférences et retraites en priorité !