fbpx
adult, art, group

La dynamique émotionnelle collective en période de COVID-19

Amandine Delire

Amandine Delire

Lorsque des personnes d’un même groupe sont exposés à une menace , on observe l’émergence d’une dynamique émotionnelle collective, c’est-à-dire qu’une contagion émotionnelle de personne en personne a lieu face à l’ennemi commun.

Lorsque des personnes d’un même groupe sont exposés à une menace , on observe l’émergence d’une dynamique émotionnelle collective, c’est-à-dire qu’une contagion émotionnelle de personne en personne a lieu face à l’ennemi commun.

Deux facteurs principaux influent sur l’intensité de cette dynamique :

  • la force des émotions ressenties et perçues
  • l’attention et l’importance donnée à celles-ci par les récepteurs de ces dernières

La période actuelle est propice à la survenue de telles dynamiques.

Comment fonctionnent-elles ?

A quoi mènent-elles ?

Est-ce plutôt positif ou négatif ?

Aujourd’hui, j’entame la réflexion avec vous, dans cet article.

Lorsque les émotions se partagent…

Lorsque les sentiments humains sont partagés collectivement, ils s’intensifient, chacun étant embarqué par les autres.

Ils renforcent deux choses :

  • la solidarité commune perçue
  • le sentiment d’appartenance au groupe

Une étude a été menée auprès de 1128 belges au cours de leurs trois premières semaines de confinement.[1]

Le questionnaire comportait des questions sur

  • l’anxiété ;
  • le niveau de menace perçu ;
  • la synchronisation émotionnelle perçue ;
  • l’inclination des participants à la solidarité ;
  • l’assentiment à des mesures de restriction strictes données par le gouvernement

Les résultats ont montré que les personnes qui perçoivent un haut niveau de menace ont besoin d’avoir un leadership FORT et DE CONFIANCE, avec des mesures claires et précises à suivre. C’est leur façon de gérer l’anxiété.

Egalement, les résultats ont montré que leur inclination à la solidarité envers les autres augmente avec le niveau de menace perçu.

L’effervescence émotionnelle…

L’étude a aussi démontré que la contagion émotionnelle perçue augmente avec le sentiment de menace perçue : les personnes ressentent une effervescence émotionnelle qui conduit à une communion émotionnelle beaucoup plus forte que d’habitude : le partage de tweets, messages facebook, citations sur instagram, ou encore publications sur linkedin qui ont un contenu hautement chargé en émotion positive ou négative a augmenté en flèche.

Cette dynamique amène à une polarisation des opinions, c’est-à-dire à leur renforcement collectif :

  • les personnes les plus enclines à l’acceptation des mesures de restriction communiqueront pus facilement avec des personnes partageant leur opinion, afin de renforcer ce lien social fortement digitalisé durant la période actuelle. On voit ainsi apparaître de nombreux dictats sur les réseaux invitant chacun à respecter stricto sensu le confinement;
  • les personnes les plus enclines à exprimer de la solidarité vont renforcer ces opinions-là : on peut voir l’émergence de dizaines de groupes de soutien aux entrepreneurs locaux sur les réseaux sociaux.

La dynamique émotionnelle collective renforce donc les opinions sociopolitiques et leur donne plus d’espace de parole.

L’étude sur laquelle je me suis basée pour écrire cet article étudie également l’impact direct des conditions de vie sociales modifiées drastiquement sur la population et montre en majorité une grand résilience face à la situation exceptionnelle : c’est-à-dire une grande capacité à surmonter le traumatisme vécu et à se reconstruire autrement en intégrant totalement cette tranche de vie dans son histoire personnelle.

Que vous soyez dans un cas ou dans l’autre, que ces mesures vous semblent justifiées ou pas, ne restez pas seul.e.s : il est important de pouvoir partager et échanger autour de ce qui nous arrive à tous actuellement. L’émotion qui n’arrive pas à être exprimée finit toujours par trouver une autre voie pour délivrer son message…

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez en discuter 😉


[1] Crise et pandémie. Impact émotionnel et psychosocial du confinement ; Pierre Bouchat, Hannah Meltzer, Bernard Rimé, Le journal des psychologues, n° 380, pages 14 à 20.

Partagez:

Facebook
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres Articles/Vidéos

brain, mind, mindfulness

Traiter les traumatismes par la PNL

Connaissez-vous la définition d’un traumatisme ? C’est un état provoqué par un évènement dit « traumatique », c’est-à-dire lorsqu’une personne se retrouve confrontée à : la mort la peur de mourir l’impuissance complète ou lorsque son intégrité physique et/ou psychique est menacée « Cette définition est très vaste, ces évènements peuvent apparaître sous différentes formes, notamment : Un accident Une agression physique

coronavirus, virus, mask

Les peurs et la pandémie

La peur est un émotion de base : elle est très importante car elle a le rôle de vous prévenir d’un danger. Elle peut être individuelle ou collective, et elle suscite une réaction directe lorsqu’une personne  ou un groupe la ressent. Que se passe-t-il lors d’un épisode de pandémie mondiale, qui active nécessairement une peur collective

Réflexions sur la souffrance au travail aujourd’hui

Est-il encore possible d’être heureux.se au travail, de nos jours ? Aujourd’hui, je vous propose une réflexion sur les facteurs du monde du travail qui aideraient/ n’aideraient pas à l’épanouissement personnel et professionnel. La dépossession: qu’est-ce que c’est? Dans l’organisation originelle du travail, dans la majorité des cas, chaque personne réglait ses conflits en face à

Retour haut de page
Presque fini ! 77%

Rejoins des centaines d'inscrits !

Inscris-toi à ma newsletter pour être informé.e de tous mes ateliers, conférences et retraites en priorité !